Fabriquer des matériaux de constructionrésistantsauxcyclones

La construction de logementsest une prioritédans les réformeséconomiques en cours à Cuba.

CIEGO DE ÁVILA, Cuba, 24 août (IPS) – Des maisonsavec des murs en maçonnerie solide et des toits en béton armé, paraissantcomme si elles pouvaientrésister à n’importequelletempêtetropicaleououragan, se multiplient à la périphérie de cetteville du centre de Cuba.

Cela estdûaudéveloppement de la productionlocale de matériaux de construction.

 

“Les gens dansce quartier, qui estrelativement nouveau, améliorentleurs petites maisons. Nous soutenons les voisins et les travailleurs de la région, qui achètent les matériaux, et nous leurprêtons la machine de fabrication de blocs”, a déclaréArcides Pérez, propriétaired’une petite usine de fabrication de blocs. “Nous les facturonsuniquement pour l’électricitéconsommée”, a-t-ilindiqué à IPS.

Opérant à la périphérie de Ciego de Ávila, à 434 km à l’est de La Havane, cetteusineartisanalebruyantepeutproduirejusqu’à 1.000 blocs de cimentparjourlorsque les provisionssont disponibles. Elledisposeégalement de troismoulespourfabriquerdifférentstypes de réservoirsd’eau en cimentd’amiante, tous marqués “Arcides, C. de Ávila.”

Deuxmélangeurs de ciment, des brouettes, des pelles et une machine électriquequifontsortirdeux blocs par minute sontutilisés par sept hommes, tandis que deuxfemmestravaillent sur la finition des blocs et la préparation des matièrespremières. L’équipeoffre le transport des réservoirs et les installe sur les toitsoudans des citernes.

Pourobtenir des matièrespremières, Pérez et son groupevoyagentvers les cimenteries de Sancti Spíritus et de Santiago de Cuba, à 360 et 847 km à l’est de La Havane, respectivement, pourramasser les décombresjetésqu’ilsmélangentensuiteavec du cimentachetédans des magasinspublicspourfabriquerleurs blocs et leursréservoirs.

La construction de logementsest une prioritédans les réformeséconomiques en cours à Cuba. Parmi les premierschangements, figuraient la vente de matériaux de constructiondans la monnaienationale, la diversification de l’approvisionnement et la fourniture de crédits et des subventionspour les familles à faiblerevenu.

Les autoritésespèrent que dansdeuxans, 70 pour cent de l’activitéproductive, dans le secteur du logement, seramenée par des acteursprivés, puisqu’ellescherchent à relancer un secteurquiestcentralisé par l’Etatdepuis des décennies.

Une bonneproportion des maisons a besoin de réparationsstructurelles, en raison de la détérioration du parcimmobiliercausée par les problèmeséconomiques que Cuba a connusdepuis plus de 20 ans, du non-respect des programmes de construction, des prixélevés des matériaux et de la main-d’œuvre, ainsi que des dégâtscausés par les cyclonesquifrappentsouventcetteîle des Caraïbes.

Sandy, l’ouraganqui a frappé la partieorientale de l’île en octobre 2012, a endommagé 137.000 maisons à Santiago de Cuba, 65.000 à Holguín et 8.750 à Guantánamo, les deuxautresvilles les plus touchéesdans la région, selon un rapport du Bureau des NationsUnies à Cuba.

Des phénomènesmétéorologiquesextrêmestels que les pluiestorrentiellesaugmenteront en raison du changementclimatiquedans la région des Caraïbes, où le secteur du logement a bénéficié de moinsd’attentionaucours de la dernièredécennie, selon la Commissionéconomiquepourl’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).

Des tempêtes et des phénomènesmétéorologiquesextrêmesauronttendance à augmenter à un rythme plus rapide, a souligné à IPS, José Rubiera, un météorologue.

En 2008, les ouragans Fay, Gustav, Ike et Palomaontcausé le plus grand dégâtenregistrédepuis 2001, endommageant 647.111 maisons à Cuba, dont 84.737 ontététotalementdémolies, selon le Bureau national des statistiques et de l’information (ONEI) de l’Etat.

Etantdonné ce scénario, le principal défi reste le renforcement de la production de matériaux de construction, un problèmequicommence à êtrerésolu par des solutions locales. Des initiativesprivéescommecelle de Pérez augmententl’accès limité aux blocs de construction, l’un des matériauxpourlesquelsil y a une demande plus grande dans les magasinspublics.

“Nousvendons les blocs à cinq pesos (25 cents de dollar) chacun, commel’Etat”, a déclaré Pérez. “L’obtention des matériauxestproblématique parce qu’il y a des pénuriesdans les magasins. Depuis ces derniersmois, je nefais que réparer et construire des réservoirs, de même que les transporter et les installer, à cause de l’absence de ciment”, a-t-ildit.

RodobaldoIbarne, 60 ans, employédans une entreprise publique de construction, a décidé de fabriquer des blocs pour les vendresecrètement. Equipé seulementd’une pelle, d’unebrouette et d’unmoule, lui et un autretravailleurfabriquentjusqu’à 80 blocs par jour à Grego, un quartier à la périphérie de la municipalité de Ciego de Ávila.

“Les magasinspublicsnepeuventpassatisfaire la demande”, a déclaréIbarne à IPS. Ilnepeutpasdévelopper son entreprise à cause des problèmes de santé et du manque d’espace.

La production de plusieursproduits de base à Cuba esttombée en 2012, selon les dernierschiffres de l’ONEI. Les feuilles de tôlemétallique, les tuiles en cimentd’amiante et les poutres en aciernoiront le plus chuté. En 2011, 32.640 logementsontétéconstruitsdans le pays, alors que 32.103 ontétéréalisés en 2012. (FIN/2013)

Normas para comentar:

  • Los comentarios deben estar relacionados con el tema propuesto en el artículo.
  • Los comentarios deben basarse en el respeto a los criterios.
  • No se admitirán ofensas, frases vulgares ni palabras obscenas.
  • Nos reservamos el derecho de no publicar los comentarios que incumplan con las normas de este sitio.