Comparution de conseillers électoraux devant la justice

Le commissaire du gouvernement entend « tout mettre en œuvre pour les faire comparaître dans un délai de 48 heures».

Ariel Arias

Port-au-Prince

P-au-P, 25 mai 2011 [AlterPresse] — Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Harycidas Auguste, a convoqué au parquet ce mercredi 25 mai, les membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP) ainsi que le directeur général de cette institution, a constaté AlterPresse.

Il s’agissait de « notifier les conseillers électoraux de la création de la commission sénatoriale spéciale qui enquête sur les dénonciations de corruptions » qui ont entaché les dernières élections, et « questionner le président du CEP (Gaillot Dorsinvil) » autour des dispositifs qui ont été mis en place, déclaré Me Auguste à des journalistes.

Seulement 3 membres du CEP, Ginette Chérubin (conseillère démissionnaire), Jean Télève Pierre Toussaint, et Laurette Croyance se sont présentés au parquet, accompagnés par le directeur général, Pierre Louis Opont.

Le conseiller Jacques Balzin a motivé son absence en évoquant des raisons de santé, par le biais de son avocat, explique Auguste. Quatre membres, dont le président du CEP n’ont pas répondu à la convocation.

Le commissaire du gouvernement entend « tout mettre en œuvre pour les faire comparaître dans un délai de 48 heures».

Le conseil est composé de 9 membres et l’un d’entre eux, Jean Énel Désir, est décédé.

Harycidas Auguste, exige que président du CEP se présente au parquet pour fournir des explications relatives a la formation du Bureau de Contentieux Électoral National (BCEN) spécial, jugé contraire a l’article 173-2 de la constitution de 1987.

La démarche du parquet fait suite à deux lettres que lui ont envoyées une commission d’enquête du sénat sur les dénonciations de fraudes aux dernières élections et le bureau du sénat.

Youri Latortue, qui préside la commission d’enquête, et le président du sénat, Rodolph Joazile, ont demandé à la justice de « prendre toutes mesures conservatrices jugées utiles » et capables de permettre que les conseillers restent disponibles et présents sur le territoire pour répondre aux convocations de la commission.

Le magistrat à émis cette semaine une interdiction de départ contre les conseillers et le directeur général du CEP.
Cette interdiction est « maintenue », affirme Harycidas Auguste.

Des accusations sont portées contre des conseillers électoraux, qui auraient reçu des pots de vin pour falsifier des résultats électoraux et favoriser certains candidats.

Le conseil avait décidé de la formation d’un tribunal spécial, après la publication des résultats définitifs, dans le but de traiter 19 cas litigieux, qui ont fait l’objet de contestations de la part d’organisations nationales et internationales. [rh gp apr 25/05/2011 18:15]

Normas para comentar:

  • Los comentarios deben estar relacionados con el tema propuesto en el artículo.
  • Los comentarios deben basarse en el respeto a los criterios.
  • No se admitirán ofensas, frases vulgares ni palabras obscenas.
  • Nos reservamos el derecho de no publicar los comentarios que incumplan con las normas de este sitio.