Quand-est ce que débutera le processus de ratification du premier ministre désigné ?

Le chef de l’exécutif a désigné officiellement Daniel Gérard Rouzier au poste de premier ministre.

Ariel Arias

Port-au-Prince

P-au-P., 30 mai 2011 [AlterPresse]— Le président de la Chambre des députés, Sorel Jacinthe, affirme avoir reçu du chef de l’Exécutif, Michel Martelly, la lettre de convocation de la 49e législature en session extraordinaire en vue de se pencher sur le dossier du premier ministre désigné, Daniel Gérard Rouzier.

« Nous avons reçu ce vendredi une lettre de la part du président de la République Michel Joseph Martelly convoquant l’assemblée des députés à l’extraordinaire afin de statuer sur le cas du premier ministre désigné », précise Sorel Jacinthe lors d’une conférence de presse le 27 mai.

Toutefois, le président de la chambre basse n’a avancé aucune date pour la tenue de cette séance.

Le président du Sénat, Jean Rodolph Joazile, avait précisé à AlterPresse, au début de la semaine dernière, que la séance extraordinaire devait avoir lieu sous peu.

Entre-temps, Michel Martelly et le premier ministre désigné poursuivent des rencontres avec les députés et sénateurs toujours dans la perspective de dégager une majorité favorable à la ratification de Rouzier et aussi sa déclaration de politique générale.

Depuis près de deux semaines, le chef de l’exécutif a désigné officiellement Daniel Gérard Rouzier au poste de premier ministre.

« La tâche ne sera pas facile pour le prochain gouvernement. Malgré les menaces directes de l’exécutif, nous ne manquerons pas de jouer notre rôle de contrôle du gouvernement, car le peuple nous a votés aussi », déclare fermement le député de Gros-Morne, Fritz Chéry, en plein débat, sur la cour du parlement, avec des collègues.

Dans une interview à AlterPresse, Lubern Pierre, député de Petit Trou de Nippes/Plaisance, indique que l’assemblée des députés, contrairement à ce que l’on pense, ne va pas donner un « chèque en blanc » au premier ministre désigné.

« Le président Martelly, qui ne détient que trois députés, doit travailler beaucoup pour trouver une majorité nécessaire dans les deux chambres afin de s’assurer de la ratification de Daniel Gérard Rouzier sans difficulté », souligne ce député, membre du Regroupement des parlementaires pour le changement (RPC).

Pour sa part, le député Sinal Bertrand (Port-Salut/Sud), membre du Groupe des parlementaires pour le renouveau (GPR) à la chambre basse, avertit, lui aussi, que « le premier ministre désigné n’aura pas la bénédiction de l’assemblée des députés si les négociations entre l’exécutif et les parlementaires n’arrivent pas à une conclusion satisfaisante. »

Par ailleurs, les deux parlementaires, de tendances et blocs politiques différents, précisent qu’ « aucune séance n’aura lieu à la chambre basse tant que le président Martelly ne se prononce sur la problématique de l’amendement de la Constitution et le cas de 17 députés et 2 sénateurs qui ne peuvent toujours siéger au parlement à cause des controverses soulevées par ces cas.

« Nous ne pouvons pas entrer dans une phase de ratification sans savoir clairement sous quelle constitution nous allons ratifier le nouveau premier ministre. Est-ce sous la Constitution de mars 1987 ou sous la Constitution amendée ? », s’interrogent des parlementaires.

Les sénateurs Moïse Jean-Charles et Wencesclas Lambert, respectivement de la plate-forme Inite (Unité/Nord et Sud-Est), tous deux membre du GPR au Sénat, indiquent dans la presse que « le premier ministre désigné n’aura pas leur vote sans la négociation d’au moins quatre ministères. » [sfd gp apr 30/05/2011 05:00]

Normas para comentar:

  • Los comentarios deben estar relacionados con el tema propuesto en el artículo.
  • Los comentarios deben basarse en el respeto a los criterios.
  • No se admitirán ofensas, frases vulgares ni palabras obscenas.
  • Nos reservamos el derecho de no publicar los comentarios que incumplan con las normas de este sitio.